Une
Du 01 NOVEMBRE au 30 NOVEMBRE 2018

No666


Olé ! Mag No666
Du 01 NOVEMBRE au 30 NOVEMBRE 2018
Feuilletez
La pub
Parutions
Facebook
Mail
Newsletter

AFFINEZ VOTRE RECHERCHE
Illustration
Illustration
Illustration
Illustration
Illustration
Illus
OLÉ ! A INTERVIEWÉ

OLÉ ! A INTERVIEWÉ
HUGH COLTMAN
JAZZ À CONILHAC
Jazz à Conilhac Corbières, Hugh Coltman 8tet, le 17 novembre 2018,
Interview autour de son dernier album "Who’s Happy ?"

Olé ! : Vous semblez une fois de plus repousser les frontières dans votre dernier album en mêlant les sonorités de la Nouvelle Orléans, de la soul, du blues et de la folk… Est-ce une volonté de votre part de ne vous laisser classifier dans aucun genre pour proposer une musique toujours plus libre ?

Hugh Coltman : Est-ce que c’est une volonté consciente ? Certainement pas… Pour moi, quand je suis en train de composer, je cherche des idées musicales qui me plaisent. J’écoute beaucoup de musiques différentes, donc ça peut être assez loin d’albums que j’ai pu toujours composer. La chose importante, c’est ce qui fait en sorte qu’un album tienne, et je suis toujours attaché à ce format album, même s’il peut sembler désuet, c’est-à-dire faire un montage de chansons qui racontent une histoire, et qui tiennent ensemble. Mais ce n’est pas une réflexion consciente, c’est vraiment une connexion d’évènements et de rencontres à la base…

Olé ! : La question que vous adressez comme titre de cet album "Who’s Happy ?", vous semblez l’adresser à votre auditeur comme une confidence. Quel sens donnez-vous à cette question et quelle en serait la réponse ?

Hugh Coltman : La réponse, je ne l’ai pas. On peut interpréter ce titre comme une question un peu cynique. En fait, lors de l’enregistrement à la Nouvelle Orléans, il y a eu des questions entre potes, comme : "Est-ce que tu es heureux, toi ?", et j’ai répondu : "Mais, qui est heureux ?". Pour moi cela renvoie quelque part à une mentalité un peu américaine : "Oui, je suis heureux, c’est génial…". C’est aussi une question que je me pose par rapport à un équilibre, par rapport à moi-même : "Qu’est-ce que j’ai appris ? De quoi ai-je envie ?", c’est plutôt donc une orientation sur la question : "Qu’est-ce que c’est qu’être heureux ?", "Est-ce juste un équilibre entre les bons et les mauvais moments ?"... Je souhaite que le titre de l’album ne soit pas un constat mais une interrogation. Je ne dis rien à personne, je demande.

Olé ! : Certains titres de votre album semblent évoquer l’univers musical de Tom Waits ? Est-ce une référence musicale à vos yeux ?

Hugh Coltman : Je suis un grand fan de Tom Waits depuis des années et des années. J’ai eu la chance de le voir à Paris quand il est venu en 2000 pour présenter son album "New variation". J’étais tellement ébloui et époustouflé par sa façon d’habiter la scène. Mon souhait serait de ramener les gens un peu dans cet univers. Oui, pour moi, Tom Waits est un maître !

Olé ! : Pourriez-vous présenter les musiciens dont vous avez su vous entourer pour forger le son de cet album ?

Hugh Coltman : Peut-être, un des musiciens les plus importants, c’est le batteur, il s’appelle Raphaël Chassin. Depuis que je fais de la musique en France, je la fais avec lui. Et aussi Freddy Koella avec qui j’ai co-produit l’album, une rencontre faite grâce à ce batteur justement. À la guitare, cela m’allait vraiment, il a tourné avec Francis Cabrel, Bob Dylan, parmi tant d’autres. J’aimais toute sa capacité de musicien épris de la Nouvelle Orléans et son savoir-faire avec son ouverture vers autre chose. On ne fait pas une carte postale de la Nouvelle Orléans, ça pour moi, c’était très important ! Et voilà, là réside son ouverture, là nous partions en terrain inconnu. Ce sont tous les deux, des partenaires importants, ceux avec lesquels je suis parti enregistrer à la Nouvelle Orléans. Les autres musiciens sont des locaux découverts sur place, dont le pianiste qui est fabuleux qui s’appelle David Tortanowski.

Olé ! : Revenons à la question initiale de votre album "Who’s Happy ?" Diriez-vous qu’en mêlant la part autobiographique de votre écriture à l’ouverture à l’humanité, vous ayez atteint avec cet album de la maturité la sérénité au bout de la quête du bonheur ?

Hugh Coltman : Peut-être, peut-être ! C’est un album qui reflète l’âge que j’ai, ce n’est pas un album que ferait peut-être un jeune de vingt-deux ans, parce qu’on a d’autres préoccupations, d’autres aspects qui nous rendent heureux. Je crois que c’est peut-être l’album qui se rapproche le plus de ce que je suis. Je suis fier de tous mes albums, mais celui-là avec l’expérience d’être à la Nouvelle Orléans, tous les trois, avec les autres musiciens, nous avons vécu des moments fabuleux, suspendus dans le temps en studio, avec des questions que l’on se pose quand on dépasse la quarantaine : l’amour, qu’est-ce qu’être à deux ?... Des questions dont je n’ai pas les réponses, mais c’est peut-être pour cela que j’écris des chansons.

Olé ! : Présenterez-vous cet album lors de votre concert à Conilhac ? Dans quel esprit avez-vous envisagé ce concert ?

Hugh Coltman : Tout à fait, il y aura quelques reprises, quelques chansons de mes anciens disques, mais l’essentiel sera la présentation des chansons de cet album-là !
Rémy Soual






Les autres chroniques

Olé ! a interviewé


"Vent debout"
TRYO
(La Cigalière) title=
(La Cigalière)
Marc Boudet
(La Cigalière) title=
Jazz à Conilhac-Corbières title=
Jazz à Conilhac-Corbières
Hugh Coltman
Jazz à Conilhac-Corbières title=





Facebook
Mail
Newsletter



Illustration
Illustration
Illustration
Illustration
Illustration

DIRECTION DE LA PUBLICATION Evelyne Virmont
RÉDACTION Line Golano, Jomy, Gp, Rosa Luis, Benoît Réguès, Rémy Soual,
Thierry Aragon, Rita Guill, Camille, Evelyne, Henry Migaud,
Loulou, Marguerite, Barbara Christol, Françoise Paran, DTHA
MAQUETTISTE Line Golano
SERVICE COMMERCIAL 06 30 48 35 26 - contact@ole-mag.com
VOS INFOS ole.mag@wanadoo.fr - VOS PUBS contact@ole-mag.com
ÉDITION AGENCE AOC 06 30 48 35 26 - direction@aoc-agence.com
www.aoc-agence.com - 34500 Béziers


Admin